La cheffe du gouvernement s’entretient avec le Président suisse, le Premier ministre Jordanien, les délégations Saoudienne, émiratie et autres à Davos

En marge du dernier jour des travaux du Forum économique mondial, la cheffe du gouvernement, Najla Bouden, s’est entretenu avec des chefs d’Etat et de gouvernement de plusieurs pays, ainsi que des chefs de délégations, ministres et responsables d’organisations internationales et bailleurs de fonds.

Najla Bouden a rencontré, hier jeudi 19 janvier 2023, le chef du gouvernement jordanien, Bichr al-Khasawna. « Les deux parties ont passé en revue les réalités et perspectives de la coopération bilatérale, dans les domaines économiques et sociaux ».

un communiqué publié par la présidence du gouvernement indique qu’il a été convenu d’organiser la haute commission mixte tuniso-jordonienne pendant le 2ème trimestre de l’année en cours.

D’un autre coté, une séance de travail a eu lieu entre la partie tunisienne et le président de la confédération suisse, Alain Berset, ayant porté sur « les relations tuniso-helvétiques dans tous les domaines, et les moyens de les développer, notamment, dans les domaines de l’industrie pharmaceutique, de l’innovation, de l’économie du savoir… »

Les deux parties se sont, par ailleurs, arrêtées au plan de coopération stratégique 2021-2024, qui en est à un stade de réalisation avancé.

La délégation tunisienne s’est également entretenue, avec les délégations saoudienne et émiratie, conduites respectivement, par le ministre des Affaires étrangères saoudien, le prince Fayçal Ben Farhane Abdallah Al-Saoud et le ministre des affaires du Conseil des ministres émirati, Mohamed Abdallah Gargaoui. Les discussions ont porté notamment sur « la coopération financière et en matière d’investissement ».

Bouden a aussi rencontré la commissaire européenne à la stabilité financière, autour de la coopération entre la Tunisie et l’Union européenne en vue d’adapter les législations financières, aux lois internationales et l’importance d’échanger les expériences, s’agissant du développement du « dispositif des procédures propres aux services bancaires et financiers, en vue de sécuriser les transactions financières ».