L’Association Ibsar : Les personnes handicapées sont quasiment absentes de la campagne pour les prochaines élections législatives

L’association Ibsar a publié les résultats préliminaires de l’observation électorale législative du 17 décembre 2022, en adoptant l’approche des droits des personnes handicapées, dans le cadre du projet « Le droit de vote = le droit d’accès ».

Plus de 250 activités électorales ont été observées et documentées et 370 formulaires d’activités électorales ont été collectés jusqu’au 13 décembre 2022. Le processus a couvert 61,58% de toutes les circonscriptions électorales.

Le projet vise à surveiller le respect de la vie privée et de la réalité de l’accès à l’information pour les personnes handicapées et à surveiller les obstacles à l’accès aux lieux de campagne et les obstacles à la jouissance de leurs droits/participation dans la sphère politique.

En ce qui concerne l’accès à l’information pour les personnes handicapées, les constatations des observations ont révélé qu’il n’y avait pas d’interprète gestuel. Les contenus audio utilisés pour faciliter l’accès à l’information pour les personnes ayant une déficience visuelle n’ont pas dépassé les 10 %. Les commentaires et les photos explicatives ont été utilisés à 5 %.

Les résultats des observations sur le contenu du discours électoral de l’Association Ibsar indiquent que les candidats n’ont mentionné les personnes handicapées dans leur discours que de 19%.

L’Association a également surveillé 482 formulaires de notes pour les programmes électoraux pendant les émissions d’expression directe aux limites du 15 décembre 2022, par laquelle l’image et l’expression du traducteur ont été trouvés à 57 % flou.

En ce qui concerne les domaines dans lesquels les personnes handicapées ont été mentionnées, il s’agit de 56 % en général : 35 % dans le domaine économique et 1 % dans le domaine social, cependant, elles n’ont jamais été mentionnées dans le domaine politique ou culturel.

80 % d’entre eux étaient désignés par le terme « personnes ayant des besoins spéciaux ». D’autres termes étaient utilisés par ailleurs, dans de faibles proportions.

Pendant les émissions d’expression directe des programmes électoraux, les sujets portant sur les personnes handicapées n’ont été abordés que de 7,5 %.

Les observations de l’association Ibsar ont également révélé que l’infrastructure est l’une des principales raisons pour lesquelles l’accès des personnes handicapées aux lieux de campagne est entravé. Il n’y a que 1 % de voies d’accès aux aveugles et seulement 14 % de corridors pour les personnes ayant une déficience motrice. 68 % de barrières ont été détectées.

En marge de l’annonce des résultats, le fondateur et président de l’Association Ibsar, Mohamed Mansouri, a exprimé ses regrets face au désintérêt des candidats pour les affaires des personnes handicapées, que ce soit lors de leurs campagnes électorales ou dans leurs discours lors de séances d’expression directe.

Il a indiqué que les droits des personnes handicapées étaient absents dans la plupart des circonscriptions incluses dans l’observation.