3ème édition du concours « Lina Ben M’henni » pour la liberté d’expression » : Remise des prix

Le premier prix de la 3ème édition du  » Lina Ben M’henni, pour la liberté d’expression  » a été décerné au journaliste Issa Ziadia ( le site  » Inkyfada « ), pour son article d’investigation  » La frontière serbe : l’espoir renouvelé des jeunes de Tataouine « .

Attribué lors d’une cérémonie organisée, mardi 13 décembre 2022, à Tunis, par la délégation de l’Union européenne, ce prix récompense les meilleurs articles défendant les principes et valeurs de la démocratie, des libertés et des droits partagés entre la Tunisie et l’UE.

Créé en 2020 pour rendre hommage au combat de feu Lina Ben M’henni, ce concours vise à soutenir et à contribuer à promouvoir une presse écrite de qualité en Tunisie.

Ce prix représente également une initiative entreprise par l’UE pour continuer à soutenir la démocratie en Tunisie dont le paysage médiatique est en pleine évolution.

Le deuxième prix de ce concours a été attribué à la journaliste, Sana Adouni pour son article sur la congélation d’ovocytes en Tunisie qui reste possible, mais seulement pour les femmes mariées. Les troisième et quatrième prix de cette édition sont arrivés en égalité.

Rédigé par la journaliste et activiste, Mabrouka Khedir, le troisième article dénonce le phénomène du harcèlement obsessionnel électronique exercé contre les femmes tunisiennes (le stalking).

Le quatrième article est l’œuvre de la journaliste, Bahira Ouji « Diwan.FM ». Il aborde la question du droit à l’examen médical de personnes détenues en Tunisie, prenant comme exemple le cas du jeune Abdessalem Zayan qui est décédé, le 2 mars 2021 à la prison civile de Sfax, après avoir été privé d’insuline.

Dans une déclaration à l’agence TAP, Marcus Cornaro, ambassadeur de l’Union européenne en Tunisie, a souligné que ce prix, dédié à la liberté d’expression, s’ajoute au Programme d’appui aux médias (PAMT 2) et le Projet d’Appui aux Instances Indépendantes en Tunisie (PAII-T) dont la Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle (HAICA) fait partie.

Ils sont des exemples qui mettent en évidence l’engagement de l’UE à accompagner les médias tunisiens pour une information libre, indépendante et crédible, a-t-il ajouté.

Cornaro a, en outre, affirmé que la liberté de la presse est pour l’UE un acquis précieux et une priorité qu’il faut protéger pour assurer la réussite de l’expérience démocratique en Tunisie.

L’ambassadeur européen s’est dit résolu d’organiser une quatrième édition de ce prix qui, selon lui, portera, une fois de plus, sur le thème des droits de l’Homme, célébrée le 10 décembre de chaque année.